Séance 4 – Protohistoire et berbérisation de l’Afrique septentrionale et des îles Canaries : langues, identités, matérialités

Pour la cinquième séance du séminaire Maghreb Amazigh, José Onrunbia Pintado, Professeur titulaire de l’Université de Castilla-La Mancha, s’est livré à un exercice passionnant (en s’adossant à une matière foisonnante) pour interroger les processus de peuplement du Nord de l’Afrique et les dynamiques de langues qui les accompagnent. En parcourant six millénaires d’histoire dans l’immense espace nord-africain, il questionne le postulat de l’existence d’une civilisation paléo-berbère, en traquant, dès la protohistoire, les marqueurs culturels supposés communs de cette civilisation. Il nous propose ainsi une photographie dynamique et multisituée d’une mosaïque de groupes humains et de pratiques socioculturelles qui se sont diffusées des îles Canaries à l’Égypte. Cette présentation repose sur une approche critique des processus d’autochtonisation et d’historicisation que les travaux en protohistoire ont développée. La protohistoire a, en effet, été la discipline qui a contribué à faire émerger, dans la mosaïque de l’espace nord-africain, le sujet berbère comme sujet historique à part entière (Camps). Elle a largement contribué à produire une ethnogenèse berbère servant de socle à l’idée d’une permanence berbère dans le nord de l’Afrique. Si le terme « berbérisation » peut, de prime abord, faire écho au processus de colonisation et/ou de substitution linguistique sur les territoires de l’Afrique du nord, il est également compris comme la construction des Berbères à la fois objet d’études et catégorie anthropologique. Pour éviter les risques d’essentialisation des analyses, JOP préfère mobiliser les termes de processus, de séquences, d’interactions pour décrire la mobilité et l’héritage matériel de ces groupes de populations pastorales et agro-pastorales qui ont parcouru d’Est en Ouest et du Nord au Sud l’immensité du territoire nord-africain. Il reconstitue cette mobilité sur une chronologie très longue qui a laissé des traces éparses qui ont traversé les temps.

L’accent est aussitôt mis sur les matériaux, les outils méthodologiques, conceptuels et les disciplines mobilisés qui permettent, partiellement, de reconstituer et de dater le puzzle très morcelé et incroyablement complexe du peuplement du Nord de l’Afrique. L’exigence de la pluridisciplinarité (archéologie, épigraphie, histoire, linguistique, glottochronologie…) est impérative pour s’emparer de données matérielles et de documentations rares et limitées dans leur exploitation. Les quelques milliers d’inscriptions libyco-berbères, l’iconographie pharaonique, les vestiges archéologiques, les récits et témoignages de la Haute-Antiquité mais également les études sur les langues nord africaines permettent de décrypter et de comprendre les liens entre les langues, les identité(s) et les matérialités existantes. 

Pour introduire son propos, José Onrunbia Pintado commence par quelques éléments de définition pour les termes « protohistoire » et « berbérisation », lesquels font toujours débat dans le monde académique ; et de comprendre, alors, dans quels cadres méthodologiques et conceptuels s’inscrivent les recherches présentées.

En effet, si le terme « protohistoire » renvoie étymologiquement à l’idée d’une histoire « première » ou « primitive », ses usages au sein des disciplines historiques sont problématiques à la fois sur le plan historique et socio-culturel. Il s’agit d’une catégorie historique polysémique renvoyant, pour le nord de l’Afrique, à des pratiques culturelles et à des populations diverses, dont les frontières restent floues et fluctuantes. Il existe deux principaux cadres conceptuels pour les appréhender, chacun d’eux répondant à une pratique disciplinaire propre. D’un côté, une utilisation à valeur évolutive et chronométrique, caractérisée par un eurocentrisme important et nourri par les conceptions universalistes héritées du XIXème siècle. Cet usage de la protohistoire a servi de cadre pour les études archéologiques et historiques du Moyen-Orient, notamment. Ici, elle est appréhendée comme l’une des principales étapes de l’histoire de l’Humanité. Chronologiquement, elle est alors délimitée par la découverte de la métallurgie et les débuts de l’écriture (elle est parfois aussi rattachée au Néolithique). De l’autre côté, une conception relativiste et méthodologique plus contextuelle, principalement basée sur la nature de la documentation disponible. Celle-ci est principalement composée d’écrits produits par des peuples en contact avec les populations désignées aujourd’hui comme (proto)berbères, ou de traditions orales autochtones mises par écrit plus tardivement. Ces traces sont datées pour les plus anciennes au IVème millénaire av. J.C et, du XIVème et XVème siècle pour les plus récentes. Elles coïncident fortement avec l’apparition de la métallurgie dans les régions de l’actuelle Égypte et de l’Afrique septentrionale.

L’étude du langage est centrale dans cette entreprise d’historicisation. La langue, entendue comme un idiome (du grec idioma, coutume), joue un rôle important dans le processus identitaire. Par sa valeur performative, elle permet de tisser le réel et donne un sens au monde particulier pour ses locuteurs·trices. Partager une langue, c’est partager un univers.

Pour autant, José Onrunbia Pintado rappelle les difficultés importantes auxquelles sont confrontés les archéologues pour retracer l’histoire linguistique des populations. Les chercheurs·ses doivent faire appel à d’autres outils et disciplines pour y pallier. Ainsi, la linguistique historique, la génétique, l’histoire antique sont sollicitées pour apporter des informations complémentaires aux données archéologiques récoltées sur les mouvements de populations, et leurs interactions (principaux vecteurs des substitutions ou diffusions linguistiques).

Les archéologues peuvent également aujourd’hui et ce, grâce aux progrès techniques, approfondir les connaissances, notamment avec l’émergence de la génétique osseuse ou encore l’analyse des marqueurs biochimiques (isotopes) permettant de donner des indications précises sur les lieux de naissance et de mort des individus.

Il existe plusieurs sources attestant de la présence de populations proto-berbères aussi bien sur la partie orientale (actuelle Égypte) qu’occidentale (côte septentrionale) de l’Afrique du Nord. Plusieurs écrits descriptifs produits par des populations externes et en contact avec ces groupes nous sont parvenus.

Ces documents épigraphiques, ethnographiques ou picturaux nous renseignent aussi bien sur les coutumes (habitudes vestimentaires par exemple), les pratiques culturelles, que sur les usages linguistiques de ces groupes apparentés aux Berbères. Ils nous permettent également de préciser une connaissance géographique, quelque peu incertaine pour le territoire du Delta du Nil, mais plus précise pour l’Afrique septentrionale (cf. Catalogues des tribus Africaines de l’Antiquité classique de Jehan Desanges) de l’installation de ces groupes humains. Dans la vallée du Nil deux groupes non égyptiens sont présents autour de 1 200 av. JC., et ce jusqu’au la période du Nouvel Empire : les Teḥenu et les Temeḥu. Puis d’autres groupes feront leur apparition dans les sources, à savoir les Meshwesh et les Rebu ; des populations profondément égyptianisées contrairement aux groupes antérieurs. Les sources égyptiennes témoignent d’une codification et d’une standardisation des représentations des populations dites libyennes : tresses, longueur des cheveux importante, ornements en plumes, tatouages ou encore le baudrier croisé. Du côté de l’Afrique septentrionale, la plupart des données actuelles proviennent de sources grecques, romaines ou phéniciennes. L’ensemble des documents connus mettent en évidence un scénario linguistique dynamique et indigène : un ensemble de langues serait alors apparentées au libyque, un stade ancien du berbère. 

Cependant, José Onrunbia Pintado rappelle plusieurs éléments à prendre en compte pour aborder ces sources : d’une part les dynamiques d’acculturation importantes entre les populations égyptiennes, phéniciennes, grecques ou romaines et les groupes “berbères”, mais aussi les phénomènes de construction identitaire passant bien souvent par la construction d’un Autre. La majorité des sources étant produites par des populations, certes en contact, mais extérieures, il semble primordial de prendre en considération ce « principe d’altérité ». D’autre part, José Onrunbia Pintado attire notre attention sur le fait qu’aucun de ces textes ne présente ces groupes comme des autochtones de l’Afrique du nord.

Il existe également des sources autochtones : des épitaphes, des inscriptions, des peintures rupestres ; sources communes d’un ensemble allant de la Tripolitaine jusqu’au Îles Canaries (à noter un problème d’attribution pour les sites archéologiques retrouvés dans les Oasis égyptiennes). Toutes les inscriptions sont intégrées à un système scripturaire semblable à l’alphabet libyco-berbère. Ne pouvant être daté de manière certaine au-delà du Vème siècle av. J.C, celui-ci serait d’origine locale, mais influencé par le système d’écriture phénicien. L’usage connu le plus récent de cet alphabet date du XVème siècle (sans compter l’usage maintenu de l’alphabet tifinagh auprès des populations touarègues, et sa standardisation plus récente au XXème s. pour les militants pro-berbères et les pouvoirs publics maghrébins). Plusieurs questions demeurent en suspens, et notamment les langues véhiculées par ses inscriptions. Quant aux inscriptions picturales, nous retrouvons des éléments similaires : représentations de chars, de cavaliers montés sur des cheveux ou encore des codes esthétiques.

José Onrunbia Pintado pose alors la question : comment aller au-delà de ces éléments ? Il convoque en premier lieu la linguistique et ses méthodes comparatives. Élaborés sur la base des langues indo-européennes, les outils utilisés posent d’importants problèmes pour les langues chamito-sémitiques (langues sémitiques, berbères et égyptiennes). En effet, ils ne prennent pas en compte les variations linguistiques rapides, dû à des chocs historiques importants, et entretiennent l’idée que les circulations linguistiques et/ou substitutions linguistiques sont forcément dues à des déplacements de populations et/ou processus de colonisation. Or aucun lien de cause à effet n’est établi entre ces deux phénomènes.

Parmi ces outils, un regain certain pour la construction d’arbres généalogiques représentant les familles linguistiques, ainsi que l’usage de la glottochronologie ont tenté de dater par déduction les premiers usages d’un groupe linguistique (calcul de l’évolution d’une langue par rapport à une autre en fonction des taux de pertes lexicales au fil du temps). En parallèle, ont été mobilisées des études en génétique. Ces analyses permettent de dresser des cartes anthropologiques plus ou moins hasardeuses. Les relevés se font sur des personnes vivantes et non pas sur des dépouilles archéologiques. Les groupes identitaires des échantillons sont alors fixés en fonction de critères peu connus, et parfois problématiques. Les études génétiques appliquées dans le domaine des sciences humaines, peuvent rapidement servir de socle à des discours idéologiques, rendant toutes formes de recherche caduque. Toutes ces données sont à prendre avec précaution, bien que de surprenantes coïncidences peuvent apparaître.

L’ensemble de ces reconstructions peuvent nous renseigner sur une chronologie certes hypothétique mais cohérente avec l’état des connaissances actuelles. Ainsi, l’apparition des langues berbères remonterait autour du VIIème ou VIème millénaire av. J.C. Les données archéologiques actuelles, mettent en évidence la présence de populations proto-berbères à cette période non loin des sites funéraires fouillés et étudiés (entres autres les sites de Taouz, Tafilalt, Aouch, Baïa, etc).


BIBLIOGRAPHIE

Camps Gabriel, Aux origines de la Berbérie. Monuments et rites funéraires protohistoriques. Arts et métiers graphiques Étampes, Imprimerie S.R.I.P, 1962

Chaker Salem et Claudot-Hawad Hélène, « Identité », Encyclopédie berbère, 24 | 2001, 3623-3632

Onrubia-Pintado Jorge, « Origines berbères : Néolithisation et berbérisation », Encyclopédie berbère, 35 | 2013, 5845-5855.

Onrubia-Pintado Jorge, « Navigation : Préhistoire », Encyclopédie berbère, 33 | 2012, 5295-5299.

Desanges Jehan, Catalogues des tribus Africaines de l’Antiquité classique à l’Ouest du Nil, ‎ Imprimerie Protat frères, 1962



Citer ce billet
Lisa Albassier (2022, 12 avril). Séance 4 – Protohistoire et berbérisation de l’Afrique septentrionale et des îles Canaries : langues, identités, matérialités. Maghreb Amazigh. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r5ze

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search