Séance 3 – Les Empires berbères : constructions et déconstructions d’un objet historiographique ?

Pour cette troisième rencontre, Mehdi Ghouirgate est revenu avec nous sur l’histoire des Empires berbères des XIème et XIIIème siècles avec une conférence stimulante et foisonnante consacrée à l’ordre almohade (XI-XIIIème siècle) dans une approche anthropologique et linguistique inédite. Dans un espace berbère en cours d’islamisation et d’arabisation, la dynastie almohade expérimente le processus d’étatisation et l’usage d’un bilinguisme politique arabe-berbère. M. Ghouirgate propose, dans une perspective diachronique, une analyse de cette dimension linguistique en relativisant l’omniprésence de la langue arabe notamment dans les usages du politique. Dans un dialogue pluridisciplinaire entre linguistique, paléographie, codicologie, onomastique, histoire médiévale et musulmane, et anthropologie, M. Ghouirgate nous dévoile avec subtilité et érudition l’usage (méconnu) des langues berbères de l’histoire politique almohade. Selon lui, reconstituer ces réalités passées, c’est comme ajuster des pièces dans un puzzle avec des approches socio-historiques et onomastiques incontournables et propres à ces sociétés

Si la dimension berbère est une composante majeure de la civilisation du nord de l’Afrique, l’étude de l’usage de ses langues apparait absent dans les travaux des historiens. Si cette dimension n’est prise en compte que dans sa dimension anthropologique ou alors dans son expression politico-militaire en Al-Andalus, elle ne permet pas, cependant, d’appréhender les sociétés berbères dans leur complexité. Cette ignorance est le résultat de la manière dont les chercheurs·ères se sont emparé·e·s de cette histoire. D’abord la prépondérance de l’histoire des idées a développé un intérêt croissant sélectif pour certains personnages comme le philosophe Averroès et a abouti à une réévaluation du passé d’Al-Andalus, avec la naissance du concept d’”Espagne musulmane” dans le cadre du romantisme européen. D’autre part, est soulignée la prépondérance de la matrice coloniale dans laquelle naissent les études berbères. Ces modèles ont rendu opaques les réalités concernant les langues berbères à l’époque médiévale. Cela a renforcé l’idée d’une arabisation et d’une islamisation simultanée pour ces territoires ; approche qui a participé au polissage d’une réalité historique et sociale bien plus nuancée et contrastée pour les sociétés maghrébines. Les savoirs européens tels qu’ils se sont construits au XIXème siècle et à la période coloniale sur ces questions demeurent encore les références obligées (Gautier, Terrasse, Montagne, Bousquet, Hopkins) même aujourd’hui auprès des historien·ne·s arabes également (Azzedine Moussa, historien saoudien ; Ibrahim Harakat historien marocain ne citent que ces auteurs) ; mais également la culture arabe telle qu’elle a été écrite jusqu’au XIXème siècle largement influencée par Al Andalus (on parle d’andalousisation des manuscrits) et qui a recouvert le substrat berbère en rendant opaque l’onomastique berbère ; une archéologie médiévale du Maghreb bien moins attractive que celle des périodes anciennes et antiques.  L’indigence des sources et la difficile maitrise des langues maghrébines (dans leur évolution historique et sémantique) participent à cette méconnaissance, au désintérêt sinon à la dépréciation de ce champ d’études.

L’introduction de M. Ghouirgate est consacrée à l’étymologie du terme “berbère” dont l’usage traditionnel désigne les populations d’Afrique du Nord aux périodes protohistoriques et antiques ; un terme dont la fortune a été largement assurée par Ibn Khaldun et son Histoire des Berbères (telle que traduite et intitulée par Slane en 1852). M. Ghouirgate rappelle que ce terme est au cœur de certaines controverses actuelles (cf. Ramzi. Rouighi, 2019, Inventing the Berbers) en résonance avec le développement d’un courant déconstructiviste et en opposition critique aux travaux d’Yves Modéran, de Gabriel Camps, de Salem Chaker et d’Abdallah Bounfour.

Parallèlement à ce questionnement étymologique, il interroge également l’idée reçue d’un islam monolithique et homogène dans ses croyances, ses pratiques et ses récits. En cela, il rappelle la référence incontournable Islam Observed (1971), de l’anthropologue américain Clifford Geertz, qui défend l’idée qu’il n’existe non pas un islam mais des islams. L’islam maghrébin serait caractérisé par un ancrage africain et une “matrice almoravide saharienne”. Les rites musulmans pratiqués dans l’Empire Almohade sont présentés comme tout à fait éloignés de l’orthodoxie alors dominante (et promue par les califats arabes). Au XIème siècle, l’Afrique du Nord est autonome des pouvoirs arabes et son histoire est marquée depuis le VIIIème siècle par des formes de l’islam considérées comme schismatiques (Khârijisme) pour lesquelles le berbère jouait le rôle de principal vecteur d’islamisation et de langue sacrée (le Coran des Barġwāṭa).

Si les populations maghrébines ont rapidement adopté les rites musulmans – tout en les adaptant aux contextes locaux-, les langues berbères, elles, restent prédominantes jusqu’à la fin du Moyen-Âge y compris à travers certains usages écrits (apparition de lettrés locaux, des Berbères maîtrisant plus ou moins l’arabe au XIIème et XIIIème siècles). L’accélération de l’arabisation, qui va de pair avec l’arrivée des Banu Hilal, s’opère aussi sous la pression exercée par les royaumes portugais et espagnol, lesquels, par leur mainmise sur le commerce des épices et des esclaves, font perdre aux Empires berbères de leur puissance. Ainsi, si les populations berbères apparaissaient jusqu’à présent comme une composante majeure sur le plan politique dans la vulgate de l’histoire du Maghreb, il n’en est pas de même pour les langues berbères, bien souvent reléguées au rang secondaire de dialectes. Les témoignages contraires à cette vision (comme le Coran des Barġwāṭa) ont été traités comme des contre-exemples, isolés, voire mythiques. M. Ghouirgate note également, la surreprésentation des études sur l’Empire Almoravide dans les recherches européennes depuis le XIXème siècle (monopolisant ce champ d’études), au détriment des Almohades, invisibilisant ainsi les politiques de promotion de la langue berbère – à la fois langue de la cour, de l’administration et du sacré -, et l’adoption d’un islam berbère. 

Dans l’historiographie du Maghreb médiéval et moderne, l’histoire de la langue a rarement été prise en compte, et lorsqu’elle est mobilisée, elle n’est jamais liée au contexte événementiel. On ne retient comme critère définitoire du “Berbère” qu’une dimension anthropologique. Il s’agit donc pour M. Ghouirgate, malgré l’indigence des sources et a contrario du manque d’appétence des chercheurs pour ces questions, de montrer les spécificités de ces sociétés en s’éloignant des simplifications et de rendre visible “les possibles” qui ne sont pas advenus. Pour se faire, il s’appuie sur l’étude de manuscrits médiévaux et en particulier celle du manuscrit 1919 de L’Escorial, un legajo ou liasse rassemblant plusieurs documents partiellement conservés et recopiés en 1312 par un personnage sur lequel nous savons peu de choses, si ce n’est son appartenance éventuelle à la tribu d’Ibn Tûmart. Cette liasse réunit à la fois des lettres de la chancellerie almohade (avec une certaine dimension idéologique, puisqu’elles ont pour objectif de définir le crédo des Almohades), une chronique attribuée à Al-Bayḏaq, et le kitâb al-‘ansâb, livre de généalogie des compagnons d’Ibn Tûmart. 

La trajectoire de ce document est intéressante puisqu’elle nous renseigne sur plusieurs éléments, et notamment nous permet d’évaluer l’influence accordée aux Almohades bien après la chute de leur Empire. Selon l’hypothèse de M. Ghouirgate, ce manuscrit est rédigé dans un milieu où la foi Almohade s’est conservée (et on sait qu’elle s’est maintenue jusqu’au XVIIIème siècle) bien au-delà du Sud marocain. Les sultans Saadiens, qui prennent Marrakech au milieu du XVIème siècle incorporent cette liasse dans leur khizana (bibliothèque royale). En 1610, menacé par une révolte, le sultan Saadien, Mulay Zidane, choisit de faire embarquer l’ensemble de sa bibliothèque sur un bateau français pour la mettre à l’abri. Mais celui-ci est intercepté par des corsaires espagnols. Les documents sont alors remis au roi d’Espagne, Philippe III, et seront redécouverts au XVIIIème siècle. Ils composent aujourd’hui le fond principal des manuscrits arabes de l’Escorial.

M. Ghouirgate présente alors le manuscrit et propose quelques exercices de décryptage de certains extraits.

Le livre comporte dix-huit phrases en langue berbère, certaines sont traduites en arabe, d’autres pas. Ces phrases – souvent ignorées puisque nombre des chercheurs arabisants analysant ces textes ne maîtrisaient pas les langues berbères – nous offrent une quantité non négligeable d’informations permettant d’entrevoir des réalités, notamment anthropologiques et onomastiques des sociétés maghrébines médiévales. Elles nous plongent également dans l’activité politique et diplomatique très dynamique des Almohades.

De nombreuses informations sur Ibn Tûmart nous sont également communiquées. Les auteurs font alors parler des personnages saints de l’histoire des Almohades, comme la mère du fondateur de la dynastie, pour mettre en scène leur récit. Ce passage nous apprend les origines modestes du célèbre personnage. D’autres passages permettent de légitimer son parcours prophétique, et ainsi l’existence de la dynastie toute entière. 

Des indices sur les pratiques des populations maghrébines nous sont également donnés. Ainsi les arts divinatoires, le rôle des rêves sont très présents, alors que le recours aux rituels magiques est très peu explicité dans les sources arabes.

Plusieurs de ces renseignements nous paraissent fondamentaux pour éclairer d’un œil nouveau la genèse des Empires berbères. Tout d’abord, les éléments de compréhension sur l’onomastique nous indiquent l’existence d’une double entrée berbère et arabe pour nommer nombre de personnages de cette époque qui sont alors désignés selon la tradition sémite :  “abu” ou “bu” (selon le sexe), le prénom de la personne, l’élément indiquant son parent masculin, et enfin la référence à la tribu. À ces formules est ajouté un nom berbère faisant bien souvent référence à la saison de naissance de la personne ou une de ses caractéristiques physiques ou morales (Ibrāhīm Iggīg, “la foudre”; Abū Muḥ. Ṣāliḥ Inzārn, “les pluies” …). Ainsi, si la coutume arabo-musulmane de la généalogie est adoptée, elle est adaptée au contexte local.

Des informations plus spécifiques à la structure et à la pratique écrite de la langue nous sont données : on y découvre la création d’une vocalisation spécifique au berbère ; l’utilisation fréquente d’une grammaire arabe mais d’un champ lexical berbère, ou encore, une adaptation et transformation constante des mots issus de l’arabe. M. Ghouirgate souligne que les tournures de phrase, le lexique et la syntaxe représentent un stade ancien du berbère, que seul peut éclairer le recours à la comparaison entre les différents parlers berbères contemporains. Il conclut de la présence de phrases en berbère non traduites l’existence d’un bilinguisme évident pour les élites berbères. La langue d’Al ‘Azafi donnerait, elle, un indice de la langue occidentale en situation : la langue utilisée à la cour des Almohades était un mélange de ces deux idiomes.

Enfin, le terme « berbère », considéré comme dépréciatif, était très peu utilisé par ces populations pour s’auto-désigner. En témoigne l’emploi de l’expression al-lisān al-ġarbī, littéralement « la langue de l’occident » pour désigner les langues berbères. M. Ghouirgate va même jusqu’à supposer que les occurrences du mot « berbère » ont été rajoutées par la suite dans les textes almohades, lors de leur copie, et ne peuvent être contemporaines des versions originales. En effet, selon le chercheur il s’agit là d’un véritable anachronisme.

***


Les questions et échanges faisant suite à la riche présentation de M. Ghouirgate, ont permis de faire le lien avec d’autres disciplines abordant ces thématiques, et comprendre comment elles participent à renouveler les approches et les lectures sur les sociétés maghrébines. La question de Karima Dirèche sur l’actualité des fouilles archéologiques, nous a renseigné sur l’importance de la Casa de Velasquez, du rôle de deux archéologues (Pierre Guichard et Patrice Cressier) et de la coopération maroco-espagnole dans la relance des fouilles archéologiques d’Al Andalus dans les années 1990-2000. Celles-ci ont permis la découverte de sites extraordinaires pour la connaissance de cette période. M. Ghouirgate rappelle les fouilles menées au Maroc avec l’INSAP (par exemple, les fouilles réalisées dans le village de naissance supposé d’Ibn Tûmart) et les fouilles menées par François-Xavier Fauvelle (Sijilmassa) et Jean-Pierre Van Staevel. Les questions de mémoire pour cette période ont également été abordées : entre glorification du passé politique et économique des Almohades, et rejet des pratiques religieuses parfois perçues comme peu orthodoxes. Néanmoins, contrairement aux idées reçues, les Almohades sont loin d’avoir fait l’objet d’une damnatio memoriae juste après leur effondrement. Si on sort du cadre purement urbain, auquel on lie trop souvent exclusivement l’histoire de l’islam, la foi almohade est bien attestée (J. Léon l’Africain, fatawat) jusqu’au XVIIème siècle. 


BIBLIOGRAPHIE

Mehdi Ghouirgate, « Les citations de lettres de la chancellerie almohade dans les chroniques : rôle, place et fonction narrative », dans Les Documents de chancellerie en langue arabe au prisme de l’historicité : écritures, lexique, syntaxe et intertextualité de ʿAbd al-Ḥamīd al-kātib (m. 750) à Qalqašandī (m. 1418), dir. Pascal Buresi, Brill, à paraître.

—— « Al-Lisān al-ġarbī : la langue des Almohades », Mélanges de la Casa de Velázqueẓ, à paraître.

—— (dir.), Histoire des pays d’Islam (XVe–XXI siècles), Paris, Armand Colin, 2018.

—— « Ibn Tûmart », Encyclopædia of Islam, dir. Abdurraouf Oueslati, Leyde, Brill, 2018.

—— « Religions », Encyclopédie berbère, 38, dir. Salem Chaker, Louvain, Peeters, 2017.

—— « Plurilinguisme en Afrique du nord : période médiévale », Encyclopédie berbère, 37, dir. Salem Chaker, Louvain, Peeters, 2016.

—— « Le berbère au Moyen Âge. Une culture linguistique en voie de reconstitution », Annales HSS, 3, 2015, pp. 577-605.

—— L’ordre almohade (1120-1269) : une nouvelle lecture anthropologique, Toulouse, Presse Universitaire du Mirail, collection Tempus, 2014.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lisa Albassier (11 février 2022). Séance 3 – Les Empires berbères : constructions et déconstructions d’un objet historiographique ? Maghreb Amazigh. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r5zb


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search